Rupture abusive d’un CDD : plus de 13.650 € de dommages et intérêts obtenus

Cour d’appel de Montpellier, 24 septembre 2014

down-jackets-1281699_960_720Une salariée, vendeuse en boutique, voit son CDD d’un an rompu abusivement au bout deux mois de présence dans l’entreprise.

Maître Frédéric Richert a obtenu le versement des salaires que la salariée aurait dû percevoir jusqu’au terme de son CDD à titre de dommages et intérêts, soit la somme de 13.650 €.

Pour lire la décision dans son intégralité, cliquez ici.